Ah si j’Ă©tais riche … j’aurais ma propre extension de nom de domaine ! đŸ˜ŽđŸ€‘

Richard Li enregistre son propre TLD !

Imaginez : vous ĂȘtes riche. Super riche. Du coup, vous avez les moyens de vous acheter tout ce qui vous fait plaisir. Vous n’ĂȘtes pas dans le besoin, vous avez tout. Presque tout… Et pourquoi pas sa propre extension de nom de domaine ! Le stade ultime de la vanitĂ©, pensez-vous ?

.richarli ou l’histoire du millionaire qui s’achĂšte un morceau d’internet

Richard LiNon cette histoire n’est pas une fiction ! Il Ă©tait une fois un richissime businessman Ă  la tĂȘte d’une sociĂ©tĂ© d’investissement : le milliardaire hongkongais Richard Li. Il dĂ©cida un jour d’enregistrer comme domaine de premier niveau gĂ©nĂ©rique (TLD) son propre nom : .RICHARDLI !

D’aprĂšs le site The Register, le prix pour devenir le propriĂ©taire de l’extension Ă  son propre nom vaut la bagatelle de $250,000 ! Sans compter les frais de gestion annuel et autres fees….

Un TLD sinon rien

Parce que rien n’est trop beau (ni assez cher) quand on est riche que de pouvoir s’offrir une extension de domaine brandĂ©e Ă  son nom. Il aurait pu s’offrir le nom de domaine richardli.fr par exemple. Nous avons vĂ©rifiĂ©, il est disponible Ă  l’achat pour 12€ chez Gandi.net (avis aux spĂ©culateurs qui souhaiteraient le dĂ©poser et lui revendre !). Pas assez cher mon fils ! Surtout quand sa fortune personnelle est estimĂ©e Ă  $4,6 milliards (selon Forbes)

Richarli.fr est disponible
Avis aux typosquatteurs : richard.fr est disponible.

Du coup, Richard Li a fait alors une demande auprĂšs de l’ICANN, organisme mondial qui gĂšre les noms de domaine (auquel DomRaider est accrĂ©ditĂ© !), afin d’obtenir le droit pour gĂ©rer son propre nom de domaine en .richardli. Et il y est arrivĂ© aprĂšs plusieurs mois de nĂ©gociations, l’ICANN ayant acte sa dĂ©cision en mai 2016

L’aspect le plus positif est que ce droit lui ouvre la porte pour crĂ©er des centaines, des milliers voire des millions de noms de domaine qui mettraient alors en vedette son nom : money.richardli, work.richardli. Comme l’Ă©voque TheRegister, avec un peu d’imagination, il pourrait par exemple poster automatiquement tout ce qu’il mange et on le retrouverait sur food.richardli. Ou encore crĂ©er son propre raccourcisseur d’url pour renvoyer vers ses propres sites ! Mais peut-ĂȘtre que Richard Li a pour objectif de lancer sa propre ligne de vĂȘtements (coucou Kanye West), une franchise de restaurant, ou un mĂ©dia comme une chaĂźne de tĂ©lĂ©.

Protéger son nom, protéger sa marque

Dans les application details sur le site de l’ICANN on peut lire que « l’un des objectifs importants des noms de domaine est de prĂ©server les droits de la propriĂ©tĂ© intellectuelle du nom du PDG Richard Li. »

Est-ce bien vraiment nĂ©cessaire de possĂ©der son propre domaine de premier niveau pour protĂ©ger sa marque ? N’est-ce pas plutĂŽt le comble de la vanitĂ©, voire de la mĂ©galomanie ? Qui sait cela va peut-ĂȘtre inspirer les plus grandes fortunes de ce monde !

Pour le commun des mortels il est tout Ă  fait possible de sĂ©curiser son identitĂ© digitale en enregistrant le plus tĂŽt possible son nom de domaine lorsque celui-ci est disponible sur la ou les extension(s) pertinente(s). Que ce soit pour une marque, un produit ou pour soi-mĂȘme comme les vanity domain, il vaut toujours mieux ĂȘtre prĂ©voyant et faire preuve de pragmatisme.

De votre point de vue, pensez-vous que cet homme soit un visionnaire et ait perçu une vĂ©ritable opportunitĂ© (quelque part il est le pionnier !) ? A moins que ce ne soit la dĂ©monstration d’une hypertrophie de l’ego qui voulait s’acheter un petit morceau d’internet… Jusqu’oĂč seriez-vous prĂȘt Ă  aller pour sĂ©curiser votre identitĂ© digitale ?

Je vous laisse, faut que j’enregistre mon nom de famille en extension !

Articles similaires