Comment cet américain va gagner 175 000 dollars avec le domaine FakeNews.com

FakeNews.com

Le terme « fake news » que l’on pourrait traduire par fausses nouvelles en français, dĂ©signe un faux article, c’est Ă  dire une publication qui se fait passer pour un vrai article, sans en ĂȘtre un. Ces fake news regroupent aussi bien des articles parodiques comme ceux du site leGorafi, des appeaux Ă  clics (au contenu racoleur et non vĂ©rifiĂ©), ou encore des publications de mĂ©dia trĂšs orientĂ©es politiquement (RT, Breitbart, ou Minute).

Or, le buzzword Fake News n’a jamais Ă©tĂ© aussi populaire aux Etats-Unis que depuis quelques mois. En effet, lors des Ă©lections prĂ©sidentielles amĂ©ricaines, et mĂȘme encore aprĂšs la victoire de Donald Trump, il n’y a pas un jour qui passe sans que quelqu’un de chez CNN ou la chaĂźne Fox ne discute du caractĂšre fake d’une nouvelle. Quand ce n’est pas le prĂ©sident lui-mĂȘme qui prend des opposants pour des soutiens et accuse les mĂ©dias de « Fake News », c’est Tim Cook, le CEO d’Apple qui monte au crĂ©neau contre les fake news qui « dĂ©truisent le cerveau des gens ».

Fakenews.com est Ă  vendre

George bacon, un dĂ©veloppeur californien a trĂšs vite perçu l’intĂ©rĂȘt grandissant que pouvait reprĂ©senter le nom de domaine fakenews.com dont il avait fait l’acquisition il y a 11 ans sur un coup de tĂȘte pour la somme de 250 $. Or aujourd’hui, son nom de domaine pourrait valoir plusieurs centaines de milliers de dollars !  Et chaque fois que le nouveau prĂ©sident amĂ©ricain essaie de dĂ©savouer les mĂ©dias et les journalistes en tweetant Ă  propos des fake news, la valeur du nom de domaine fakenews.com ne cesse d’augmenter, faisant ainsi les choux gras de Mr Bacon. đŸ€‘

Tandis que les fake news ont commencĂ© Ă  prolifĂ©rer durant la campagne prĂ©sidentielle amĂ©ricaine, George Bacon a vu bon nombre de ses amis sur Facebook se plaindre des partages de fausses nouvelles sur les rĂ©seaux sociaux. Et c’est Ă  ce moment qu’il s’est rappelĂ© qu’il possĂ©dait ce nom de domaine fakenews.com achetĂ© il ya plusieurs annĂ©es, mais pour lequel il n’avait jamais reçu d’offre de rachat. Et pour cause, il s’avĂšre que l’adresse email renseignĂ©e dans le whois du domaine n’Ă©tait pas la bonne. Au final c’Ă©tait sans doute une bonne chose, car comme l’indique Bacon, s’il avait eu la bonne adresse email rattachĂ© Ă  son domaine et s’il avait reçu plus tĂŽt des offres d’achat, il l’aurait sans doute dĂ©jĂ  revendu, mais pour beaucoup moins que ce qu’il vaut dĂ©sormais.

Fake News : un sujet rendu célÚbre par Donald Trump

Si l’on consulte les Google Trends, on constate que les recherches sur internet sur le terme « fake news » ont littĂ©ralement montĂ© en flĂšche aprĂšs que Donal Trump se soit Ă©nervĂ© contre CNN et les ai critiquĂ© pour ĂȘtre une source de fausses nouvelles Ă  l’occasion de sa premiĂšre confĂ©rence de presse post-Ă©lection.

«Je pensais peut-ĂȘtre que je pourrais faire quelque chose comme The Onion (NDLR : site d’info parodique dont s’est beaucoup inspirĂ© LeGorafi), sauf que les gens soumettraient leurs propres blagues», a dĂ©clarĂ© George Bacon. Mais finalement, ce dernier s’est ravisĂ©, pensant pouvoir tirer un grand profit de la spĂ©culation autour de ce nom de domaine.

Fakenews.com n’est pas le seul domaine que Bacon possĂšde. Comme de nombreux domainers partout dans le monde, celui-ci a bien compris l’intĂ©rĂȘt que pouvait reprĂ©senter le fait d’acheter et revendre des noms de domaine. NĂ©anmoins, selon Mr Bacon, le domaine fakenews.com est de loin le plus rentable qu’il n’ait jamais eu. Il est encore en pourparlers pour le revendre, et a dĂ©jĂ  reçu une offre de rachat Ă  6 chiffres : il lui a Ă©tĂ© proposĂ© prĂšs de 175 000 $ pour son nom de domaine. A sa place, accepteriez-vous cette offre ou feriez-vous grimper les enchĂšres encore un peu ?

Son objectif est de le revendre d’ici la fin du mois de fĂ©vrier 2017. Et grĂące Ă  cette transaction, il espĂšre bien pouvoir retaper sa maison et acheter un appartement en copropriĂ©tĂ© prĂšs de Mammoth Moutain pour faire du snowboard.

Le potentiel d’un nom de domaine Ă  la revente est Ă©norme. les adeptes du domain flipping (ou domaining) ont bien compris les enjeux financiers des noms de domaine et qu’ils peuvent reprĂ©senter de vĂ©ritables opportunitĂ©s de gagner de l’argent.

Un site web à forte valeur ajoutée

Les fake news ne sont pas une simple tendance passagĂšre. Preuve en est que notre quotidien, notamment sur internet et les rĂ©seau sociaux, en est dĂ©sormais peuplĂ©. Facebook et Google ont d’ailleurs rĂ©cemment annoncĂ© qu’ils s’associaient pour tenter de lutter contre les fake news en France. Et en pleine pĂ©riode Ă©lectorale en France, les fake news sont frĂ©quentes et sont la source quotidienne de polĂ©miques. Si l’on ajoute Ă  cela le fait que le terme fake news est devenu l’expression ou l’insulte prĂ©fĂ©rĂ©e de Trump, on comprend mieux ce qui rend le nom de domaine fakenews.com aussi prĂ©cieux.

Selon Daniel Sanchez le courtier de Mr Bacon, « les noms de domaine sont la porte d’entrĂ©e pour quiconque souhaite dĂ©livrer un message […]. Dans ce cas, le terme fake news s’avĂšre ĂȘtre gagnant. Tout mĂ©dia peut en tirer profit pour atteindre les personnes attirĂ©s par ce nom de domaine. »

Il semble bien que de nombreux mĂ©dias se soient effectivement montrĂ©s intĂ©ressĂ©s Ă  en croire le courtier en nom de domaines qui dĂ©clare avoir reçu des offres en provenance de plusieurs pays dont la France, l’Allemagne, le japon, la Chine ou encore la Russie.

Quant Ă  savoir qui emportera la vente du domaine fakenews.com, il y a fort Ă  parier que ce ne soit qu’une question d’argent et non pour des raisons politiques ou gĂ©opolitiques…

 

Et vous ? Avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© Ă  spĂ©culer sur les noms de domaine ? N’hĂ©sitez pas Ă  consulter la plateforme DomRaider pour dĂ©nicher des domaines qui peuvent vous aussi vous rapporter de l’argent !

A noter que cet article n’est pas une fake news 😉 (cf. la source ci-dessous)