Ceci n’est pas une FakeNews : Donald Trump possède 3643 Noms de Domaine !

Donald Trump : expert ès Noms de Domaine

Donald Trump aime apposer son nom partout : immeubles, tours, hotels, restaurants… Mais ce que vous ignorez peut-être c’est que l’empire Trump s’étend également sur internet : ainsi, le nouveau président américain élu possède un vaste portefeuille de 3643 noms de domaine acquis au fil des années ! Ces adresses web portent sur de nombreuses thématiques, en rapport avec sa carrière antérieure de businessman, ses ambitions politiques et une certaine forme d’anticipation envers ses détracteurs. Découvrez notre article sur la stratégie web de Donald Trump envers les noms de domaine

Enregistrer un maximum de Noms de Domaine : une stratégie d’anticipation

Avant même les primaires américaines, le site internet Business Insider posait la question suivante : « pensez-vous que le principal candidat à la présidentielle craint (sucks) ? Si oui seriez-vous intéressé pour acheter le site  web DonaldTrumpSucks.com ? » Pas de chances pour les haters de l’époque, ce nom de domaine avait déjà été déposé par la Trump Organization.

En effet, en août 2015, le site Whoisology indiquait que près de 3153 adresses web avaient été préalablement enregistré par l’avocat général de la Trump Organization. La plupart de ces adresses n’étaient pas actives et ne possédaient pas de site web, mais elles donnaient une indication quant aux perspectives de business et d’éventuels risques encourus par l’entreprise. Le fait que la même adresse email (au nom de l’avocat) ait été utilisée pour de nombreux noms de domaine a permis d’identifier qu’il s’agissait bien d’une volonté de protéger sa marque et ses intérêts.

En matière d’anticipation, Donald Trump fait figure d’exemple : le nom de domaine donaldjtrump.com fut déposé en janvier 1997, évitant tout risque de cybersquattaging. Combien d’hommes politiques (notamment en France) se sont aperçus, trop tard, que des noms de domaine contenant leur nom et/ou prénom avait été préalablement enregistré ? Il vaut mieux prévenir que guérir, et le cas Trump fait figure d’autorité en la matière.

Trump : un cas d’école pour le Personal Branding et la protection de Marque

Donald Trump est sans doute le président le plus critiqué, tant sur le fond que sur la forme. En son temps, Obama avait fait montre d’une véritable maîtrise des réseaux sociaux lors de ses deux campagnes et mandats à la présidence américaine. Trump s’est avéré lui aussi particulièrement actif sur Twitter, en faisant son média de prédiction pour communiquer. Mais le nouveau président américain est allé beaucoup plus loin en enregistrant un nombre impressionnant de domaines. Une première dans l’histoire américaine.

En déposant des noms de domaine du type TrumpBuilding.org ou TrumpNetwork.com, ce dernier, ou plutôt son organisation et ses conseillers, ont pris les devants pour protéger les intérêts de la marque Trump. Lorsque Donald Trump s’est lancé en politique, il était logique de poursuivre cette stratégie en enregistrant un maximum de noms de domaine tels que MakeAmericaGreatAgain.vote ou MakeAmericaGreatAgain.us mais aussi des NDD qui auraient pu être déposés par des tiers afin de porter préjudice à l’image du futur candidat à la présidentielle.

La famile Trump
Les Trump : une famille précautionneuse qui enregistre des adresses web par centaines !

Eric Trump, fils de et vice-président exécutif du développement et des acquisitions dans la Trump Organization, a déclaré que la société a fait l’acquisition de milliers de domaines, et ce chaque année. Il décrit cette pratique comme étant une stratégie de domaine très prospective et largement répandue dans d’autres entreprises.

Nous acquérons des milliers [de domaines] par an, et c’est intelligent. C’est juste une chose intelligente à faire, et c’est une excellente façon de se protéger.

Dixit Eric Trump. On ne peut qu’être d’accord avec cette politique. De cette façon Eric Trump indique être en mesure de pouvoir se protéger d’éventuels squatteurs qui pourraient déposer des adresses avec les marques commerciales liées à l’entreprise Trump et s’éviter ainsi des procédures de règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine (UDRP) mis en place par l’ICANN,  qui régit le système des nom de domaine. Cette procédure permet aux propriétaires de marques de résoudre des litiges découlant d’un enregistrement abusif de domaine (cybersquatting, typosquatting par exemple) par le biais d’une procédure judiciaire ou d’un arbitre. Or, comme l’indique Eric Trump, ce type de procédure s’avère être une « perte de temps » comparée à l’acquisition préventive des domaines.

Parfois, il est simplement plus facile d’être incroyablement proactif sur la stratégie se domaine.

Et si Donald Trump (si souvent décrié, moqué et parodié) avait finalement tout compris à internet et à la stratégie de protection de marque ? Car si l’on regarde plus attentivement la liste des noms de domaine enregistrés par son équipe, on constate que bon nombre d’entre eux contiennent des aspects très négatifs sur Trump et ses différentes entreprises  et marques :

  • TrumpIsFired.com
  • ComplainToTrump.com
  • TrumpNetworkMarketingFraud.com
  • IHateTrumpVodka.com
  • ImBeingSuedByTheDonald.com
  • TrumpNetworkPyramidScheme.com
  • NoMoreTrump.com
  • TrumpMultiLevelMarketing.com
  • TrumpNetworkFraud.com
  • DonaldTrumpPonziScheme.com
  • TrumpNetworkSucks.com
  • TrumpNetworkPonziScheme.com
  • TheTrumpNetworkPonziScheme.com
  • DonaldTrumpSucks.com
  • TrumpCorporationSucks.com
  • TrumpOrganizationSucks.com
  • TrumpVodkaSucks.com

Imaginez-vous quelques instants être à la place de Trump et de son équipe et de devoir réfléchir à tous les qualificatifs délétères qui pourraient être associés à votre nom. Pensez aux sobriquets, insultes, critiques que l’on pourrait vous faire, que cela soit justifié ou non ! Cela a du donné lieu à de magnifiques séances de brainstorming ! 😅 Pour anticiper les attaques, il a par exemple acheté TrumpFraud.org, ou ImBeingSuedByTheDonald.com qui signifie « Je suis poursuivi en justice par le Donald » …

S’il est impossible de déposer tous les noms de domaine imaginables que l’on pourrait faire sur vous ou votre marque, il faut néanmoins chercher à trouver sur quoi vous allez être attaqué aujourd’hui, ou demain. C’est ce à quoi l’entourage de Trump s’est employé lorsque l’une de ses activités s’est portée sur le marketing multi-niveau. Très souvent qualifié de système pyramidal, et par extension d’arnaque, il y a de forts risques qu’une association entre les deux termes soient effectuées. Plus d’une quinzaine d’adresses dans cette thématique ont été ainsi enregistrées en 2007 : TrumpMultiLevelMarketing.com,  TrumpNetWorkFraud.com …

Les domaines d’activités de l’homme d’affaire sont nombreux et tout y passe :

  • matelas : DonaldTrumpMattress.com
  • thé : DonaldTrumpTea.com
  • café : TrumpCoffeeBeans.com
  • chaussures 👞 : DonaldTrumpZapatosLatinAmerica.com (coucou les mexicains ! 🇲🇽 )
  • vin et spiritueux (TrumpChardonnay.com)
  • poupée (TrumpDoll.com)
  • steaks (TrumpSteaks.com)
  • projets de compagnie aérienne (TrumpAir.com)

Un vrai marchand de tapis ce Donald Trump ! 😄 D’ailleurs ➡️ DonaldTrumpCarpet.com !

Accordons lui néanmoins qu’il a bien anticipé et s’est montré visionnaire (et un brin mégalo).

Les noms de domaine sont des indices révélateurs.

Les enregistrements de noms de domaine sont révélateurs de tendances. Prenons par exemple l’actualité en France en janvier 2017: suite au #PenelopeGate s’est organisée une véritable course à l’échalote pour enregistrer les noms de domaine pour de potentiels candidats républicains en cas de « Plan B » : wauquiez2017.fr, baroin2017.fr, bertrand2017.fr voire même balkany2017.fr. Réelle ambition politique, stratégie pour faire parler, ou oeuvre de plaisantins, qui sait ?

Dans un tout autre univers, celui du jeu vidéo, de nombreux fans veillent au grain surtout lorsqu’un nom de domaine est déposé par un éditeur ou un fabricant de console de salon, donnant ainsi de précieux indices quant à la sortie probable d’un jeu, ou d’un hypothétique service d’un fabricant comme Nintendo.

Pour celui qui sait repérer les tendances actuelles, voire même deviner celles de demain, c’est un facteur de réussite important. De nombreux domaineurs qui sont capables de sentir ce genre de choses font alors les meilleures opérations en repérant des noms de domaine qui ont expiré mais qui peuvent obtenir plus de valeur.

Quelques oublis

Donald Trompette

  • Le site trump.org qui avait été enregistré en 2001 puis racheté par Chris Puchowicz en 2012 pour $1,272
  • Le site trumpdonald.org qui a fait beaucoup de bruit durant la campagne présidentielle ! Et pour cause, le site propose de jouer un petit air de trompette à Donald ! 🎺
  • Citons également le site Fakenews.com dont la paternité de l’idée peut être attribuée au président des USA accusant les médias traditionnels américains de désinformation. Cela a finalement profité à un heureux domaineur qui cherche à le revendre bien plus cher que  ce qu’il l’avait acheté.
  • Si Donald Trump s’est concentré à déposer les noms de domaine essentiellement dans les extensions de type .COM, .ORG ou .NET, il semble qu’il ait fait l’impasse sur les ccTLD (extensions par pays) : donaldtrump.us, donaldtrump.fr et tant d’autres ont été inscrits par d’autres titulaires…

Le cas Trump apporte un éclairage intéressant aux questions touchant la protection de marque, la sécurisation des intérêts d’une entreprise, les risques de diffamation et le personal branding. Nous vous invitons à poursuivre votre lecture avec notre article faut-il enregistrer chaque variation de votre Nom de Domaine ? 

Articles similaires